Êtes-vous un obsédé de l'épilation corporelle?

Toilettage

Beaucoup de gars veulent juste être complètement glabres. Comme, à la Michael Phelps.

Pourquoi, pourtant ? J'ai demandé à un groupe de mes pairs, et il s'avère que la plupart n'ont pas peur de leurs habitudes d'épilation. Même les messieurs les plus réticents sont heureux de vous dire pourquoi ils enlèvent tout de manière obsessionnelle, comme, tout - leurs poils. Alerte spoiler : c'est généralement poursexeles raisons. Les gars les plus francs entreront dans des détails paralysants pour savoir où et comment ils poursuivent cette tâche de Sisyphe.

Trouver des hommes sans poils à interviewer n'est pas très difficile si vous savez où chercher. Au Metropolitan Recreation Center, où l'on peut me trouver en train de faire des longueurs à 7 heures du matin. deux jours par semaine avec le reste de la foule octogénaire de Brooklyn, j'ai rencontré Pat, un habitué de la piscine dans la trentaine. (Pat a demandé que je n'utilise pas son nom de gouvernement.)

Le torse de Pat est complètement déboisé. Il continue ainsi en se rasant sans relâche 'avec un rasoir Gillette et ce truc de gel rafraîchissant Gillette', a-t-il expliqué. Quand je lui ai demandé pourquoi il se rasait le haut du corps, Pat m'a dit que sa petite amie l'appréciait et m'a dit que cela le faisait paraître plus « coupé ». Mais quand je lui ai demandé s'il se raserait jamais au sud de sa taille, il a hésité : « Jamais. Ah bon? Mais pourquoi? 'Nan. Pas pour moi. Pardon.' Ainsi se termina ma rencontre avec Pat.

En revanche, mon ami John, un concepteur UX de 27 ans, était prêt à discuter de ses expériences avec la maintenance du train de roulement. Dans les huit premières minutes de notre conversation, il a lancé le mot « contamination ». Contrairement à Pat, John s'appuie exclusivement sur l'épilation au laser, l'alternative relativement coûteuse qui se produit en versements mensuels inconfortables de 70 $. John gère ses poils pubiens. 'Je fais un V propre, donc il y a encore des cheveux, mais je laser l'intérieur de la cuisse et tout le sud.' Tout? 'Tout.'

L'épilation au laser ne fait pas mal, selon John, mais ce n'est pas une expérience très agréable. Spécialement parce quepoils pubiensest plus grossier, ce qui nécessite des rendez-vous de zapping fréquents : au moment de mettre sous presse, John était sur le point de recevoir son 16e traitement. Cela équivaut à une année complète et à un changement de tout raser d'abord - une condition préalable au rendez-vous - puis à l'atomiser. Malgré l'agitation, cela a rendu John un obsédé par l'épilation. « Je demande toujours, que puis-je faire de plus ? De quels autres cheveux puis-je me débarrasser ?' Il a avoué. « Je veux en quelque sorte faire mes joues ensuite. » (Il faisait référence à son visage.)

Les motivations de John pour le toilettage sont plus ou moins conformes à celles de Pat, un geste envers les partenaires romantiques. 'Ce n'est pas du tout quelque chose que je fais pour moi-même', a-t-il déclaré, 'C'est [principalement] pour le sexe. Il y a un aspect d'hygiène sexuelle, mais surtout, je ne veux pas m'inquiéter de ce que [l'autre personne] pense. C'est un thème émergent parmi les épilationnistes que j'ai rencontrés : le bon sexe. L'obtenir, l'avoir et sa possibilité omniprésente, moins le préavis de 24 heures requis pour se toiletter.

Le sentiment est vrai parmi les célibataires et les célibataires. Anthony, 25 ans, a accepté d'être interviewé via sa petite amie de huit ans. Je voulais savoir pourquoi il prenait toujours autant de soin à son auto-toilettage, même s'il avait déjà un partenaire à long terme. Antoine se hérissa. 'Si vous arrêtez de vous soucier de vous huit ans après le début d'une relation', a-t-il déclaré, 'vous ne devriez pas être avec cette personne.' Il utilise une tondeuse sur tout son corps et la règle sur la garde la plus basse pour sa précieuse marchandise. 'Mais j'utilise un rasoir droit sur mes couilles', a-t-il précisé. Il a expliqué à sa petite amie: 'Bébé, si je ne me toiletteais pas, tu n'irais pas là-bas.'

Avant d'aller plus loin, je tiens à préciser que certains gars le font pour des raisons purement esthétiques, même s'ils sont minoritaires. Un de mes amis qui a demandé à rester anonyme a expliqué: «Je ne pense pas qu'un partenaire s'en soucierait, mais je préfère que tout reste soigné. Je pense juste que ça a l'air plus propre. Il se rase « partout sauf ses jambes » avec le Phillips Norelco Multigroom, sans garde. Il prend ensuite une douche chaude. Aucun incarné à signaler.